Bonjour Cleo, peux tu te présenter en quelques mots, ton parcours, tes expériences,
tes envies ?

Bonjour, Cleo Lebrun.
J’ai grandi à l’Ile de la Réunion, c’est là bas que j’ai commencé à travailler dans
l’hôtellerie après mon bac et que j’ai rencontré une dame, que je servais tous les matins,
qui travaillait dans la reliure.
Un jour, cette dernière m’a dit « tu n’es pas faite pour ce métier là ». Je me suis liée
d’amitié avec cette dame qui m’a présenté sa petite fille avec qui je suis devenue très
amie, à tel point que je suis venue vivre chez elle. Cette dame qui travaillait avant à Paris,
m’a alors parlé de l’Ecole Estienne, qui est l’Ecole Supérieure des Arts et Industries
Graphiques et m’a poussée à me renseigner à ce sujet et à décoller.
Je suis donc partie à Bordeaux pour faire une remise à niveau en Arts appliqués et j’y ai
rencontré mon conjoint actuel. J’ai ensuite présenté le concours des Grandes Ecoles
d’Art de Paris, que j’ai réussi.
Se sont enchainés 2 ans à apprendre un vieux métier, la reliure, la dorure et la
typographie.
J’y ai appris comment fabriquer un livre de A à Z avec des vieilles techniques et des
vieilles machines. J’ai appris comment on fabriquait le papier, comment on imprimait,
comment on reliait les pages entre elles, comment réaliser une illustration avec une
gravure à l’ancienne. Ce fut 2 années de formation intenses mais passionnantes.
Comme j’étais amoureuse de mon vigneron du Languedoc, je me suis demandé comment
j’allais pouvoir vivre de ma passion et être avec lui.
Finalement nous avons décidé de revenir vivre au pied du Pic Saint Loup où j’ai pu
installer mon atelier et commencer mon activité.

Peux tu nous expliquer comment se déroule ta première rencontre avec des futurs
mariés ?

Je les rencontre beaucoup sur les salons du mariage. A Montpellier, celui de la Pièce
Montée est vraiment super.
Depuis que j’ai dépassé un certain nombre d’abonnés sur Instagram, on commence à me
contacter également via les réseaux.
Certains couples ont un projet bien précis de ce qu’ils veulent comme papeterie ou livre
d’or, d’autres non absolument aucune idée. Dans ces cas là, je vais leur poser des
questions sur le thème de leur mariage, les couleurs, et je leur fais trois premières
propositions. Je vois aussi en fonction de ce qu’ils ont aimé des travaux déjà réalisés ce
qui peut leur plaire. Après ces trois premières propositions on adapte et on peaufine le
projet en fonction de ce qu’ils aiment ou pas.

Une fois cette première rencontre effectuée, quelles sont les prochaines étapes ?

Je leur prépare un devis avec trois propositions différentes de design et de prix en
fonction de l’avancée du projet.
Une fois que le projet est finalisé, le devis validé, et après un premier versement de 50%
d’acompte, je démarre la fabrication.

Tes clients viennent toujours à l’atelier où est ce que tes prestations se réalisent à
distance ?

Les deux. Ce livre d’or sur lequel je travaille en ce moment, a été fait à distance. Le
couple vit à coté de Lyon, je les ai rencontrés au Salon « L’amour, l’amour, la mode » qui
est top aussi, mais tout a été fait à distance.
J’ai réalisé également un livre d’or pour des futurs mariés qui vivent en Bretagne et qui
m’ont contactée via les réseaux.
Les clients qui vivent dans la région font généralement l’effort de se déplacer. J’ai des
clients qui ont fait 1h30 de trajet pour venir me voir pour les derniers faire-part que j’ai
réalisés. Je pense que c’est cool, si ils choisissent de la papeterie faite main, ils viennent
aussi pour le rapport humain.
Honnêtement je m’attache aux gens qui viennent ici parce que je passe du temps à
travailler avec eux, à leur proposer des choses.
Ce sont toujours des couples super mignons.

Est ce que tu réalises un premier échantillon ou est ce que tout se valide avant la
toute première création ?

Quand tout se fait à distance oui, je leur envoie un kit d’échantillons. Je leur envoie des
échantillons du papier intérieur de différentes couleurs, du fil de couture, du ruban… de
chaque pièce qui va composer leur livre d’or ou leur faire part.
Pour les faire part, je ne peux pas envoyer d’échantillons. Ils sont réalisés à partir de
plaques que je fais graver pour l’impression. Et faire graver une plaque ça coute cher,
alors je ne peux pas me permettre de réaliser une plaque pour un échantillon dans le cas
où il faudrait recommencer après. Il faut que le projet soit ficelé. Dans ce cas précis, je
leur envoie quand même un échantillon du papier, la référence pantone de la ou des
couleurs choisies et une simulation sur ordinateur.

Existe t il un minimum de quantités pour une commande ?

En vrai non. C’est plus pour les clients, le tarif est plus élevé que pour une impression
numérique concernant les faire-part.
Il faut savoir que pour un faire-part avec une dorure à chaud par exemple, faire graver
une plaque coûte déjà une centaine d’euros, pour le recto seulement. Est ce qu’il est
judicieux d’imprimer 20 faire-part avec déjà ce coût fixe ? Je ne pense pas.Pour des raisons de budget parfois, je propose de faire une partie des impressions en
numérique grâce à un de mes partenaires sur Montpellier.

Lorsque l’on pense à la papeterie, on pense tout d’abord aux faire-part mais quels
sont les autres supports que tu réalises pour les mariages ?

Les divers cartons d’invitation, les menus, les marque-places, les livres d’or, des coffrets,
des porte menus, des urnes, des albums photos…

Quelles sont les personnalisations que tu proposes? En terme de finitions, de type de
papier, peut-on y ajouter des photos, des dessins ?

Je peux faire imprimer des photos via mon partenaire en numérique pour la
personnalisation en effet. Sinon, je peux réaliser des encoches à l’ancienne pour insérer
des tirages ou encore un passe partout Marie-Louise.
Au niveau personnalisation, tout est faisable. Le choix des couleurs, des matériaux, de la
dorure.

Tout se fait à l’atelier où tu dépends d’autres professionnels pour certaines
prestations ?

Je dépends des graveurs avec lesquels je travaille pour la réalisation des plaques.
S’il y a besoin de travaux numériques je dépends de mon partenaire spécialisé.
Je peux gérer ce qui est graphisme, mais je ne suis pas graphiste, plus autodidacte.
D’ailleurs, ce que j’adore dans mon métier c’est justement de pouvoir travailler en
équipe avec d’autres prestataires dont les graphistes.

Peux tu nous donner un budget moyen pour la réalisation de faire parts pour un
mariage, pour une papeterie complète ?

Ca dépend de beaucoup de choses… S’il faut que je fasse le design ou non, est ce que je
dois faire une impression en numérique ou en letterpress.
Je dirai que ça commence environ à 200 euros mais ça dépend aussi du nombre de faire-
part.
Pour un set de papeterie complète (faire-part, menus, marque places etc…) ça
commence à partir de 1200 euros.

Quels sont les services compris dans tes devis (création, validation via un BAT,
impression, livraison, enveloppes…?)

Dans mes devis tout est compris. Les devis, les rendez vous de préparation, les kits
d’échantillons, les matériaux, la réalisation, les frais de livraison, les enveloppes, tout en
fait !

Combien de temps avant le mariage faut il venir te voir ?

Tout dépend pour quel article.
Pour un livre d’or ça peut être maximum 3 mois avant le mariage. Après 3 mois ça
devient vraiment short à part s’ils savent exactement ce qu’ils veulent. Mais le temps de
valider le devis, ce qui prend généralement un mois, de commander les matières
premières…
Pour les faire part ça dépend de quand ils souhaitent les envoyer mais généralement
plutôt 8 à 6 mois avant. Sachant qu’à partir du moment où le devis est validé et
l’acompte versé il me faut à peu près un mois pour livrer la commande.
Le plus long étant la phase de préparation et de trouver les matériaux chez mes
fournisseurs. J’ai du stock pour les commandes standard mais pas pour les demandes
spécifiques.

Quelles sont les tendances pour la saison 2020 et du coup 2021 également ?

On est à fond sur le côté naturel et le terra cotta j’ai l’impression. Le kaki aussi, le bleu
roi, le doré…

As tu quelques conseils à prodiguer à des futurs mariés ?

Ne vous éparpillez pas trop. Cela peut vite devenir compliqué après.
Quand vous venez me voir, ne vous sentez pas obligés d’avoir une idée extrêmement
précise, c’est mon métier de vous aiguiller. Ayez juste une idée du style. Quand c’est
trop flou, que vous avez vu trop de choses différentes, après ça devient trop compliqué à
gratter et tout le monde perd beaucoup de temps.
Et anticipez, venez me voir en avance.

Quels sont les autres supports que tu proposes en dehors de ce qui concerne la
papeterie de mariage ?

Les cartes de visite, les coffrets pour les clés USB, des albums photos, des passe partout.
Je vais bientôt peut être réaliser des micro éditions d’art.

Un petit mot de la fin pour nos lecteurs ?

Bon courage pour cette période bizarre… Autant pour les futurs mariés que pour les
professionnels du mariage. Bon courage et n’oubliez pas que nous sommes tous
ensemble !